samedi 28 avril 2018

Cette planche que vous ne verrez jamais…


… enfin, normalement.

Depuis que je scénarise des BD, je suis à chaque fois confronté à la planche maudite. Cette planche qui semble intéressante à l’écriture mais qui s’avère décevante à la réalisation. Cette planche qui devient un caillou dans la chaussure. Cette planche qui vous irrite, vous agace et finit par gâcher vos nuit. Et, j’exagère à peine, croyez-moi.


version commerciale versus version presse avec couverture non définitive (en bonus, le jeu des 7 erreurs) 



Exodus Manhattan tome 1 ne fait pas exception à cette règle idiote dont j’aimerais me passer. Alors que je n’y pensais plus, elle est arrivée en traîtresse. Maudite planche 8 ! Mise en page trop complexe et dialogues tunnels plus lourdingues qu’un Kouign Amann à la banane (priez, pauvres fous, pour que ça n'existe pas !), elle nous aura posé bien des soucis cette planche 8. C’est le doigt plein de confiture et donc un peu honteux que je vous la livre sans fioritures. La voilà, la fourbe ! Et encore, une version légèrement améliorée mais toujours illisible.
 
version maudite                                                               version finale

Savoir qu’elle a réussi à se faufiler dans une version de l’album réservée à la presse me fait encore cauchemarder. J’espère qu’exorciser cette planche 8 me permettra de passer à autre chose. Hum, sans doute à la planche maudite du tome 2. Tel Sisyphe qui roule sa pierre... bon, ok, j'en fais trop. Mais l'idée est là !


Et n’oubliez pas, l’album expurgée de cette planche maudite sort le 2 mai chez votre libraire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire